Le Centre Alexandrin
d'Étude des Amphores

The Alexandrian Centre for Amphora Studies

logo cnrs
CEAlex-USR 3134

logo_efa
Présentation
Introduction
Amphores
Amphorae
Anses timbrées
Stamped Handles
Fouilles
Digs
Publications ChronAmphora Bibliothèque CAEA
CAEA Library
Ressources en ligne
On-line resources
Plan du site
Site plan
Mise à jour
Update

Anses d'amphores timbrées

Méthodologie /
Methodology
Construction de la base de données /
Building the database
Définition des matrices /
Defining the matrices
Corpus des matrices des timbres des éponymes et fabricants rhodiens /
Corpus of matrices of stamps of Rhodian eponyms and producers
Correspondance périodes-dates /
Chronologicals periods
Timbres amphoriques de Délos/Amphora stamps of Delos
Les timbres amphoriques de Délos mis en ligne
Consultation de la base/Database

Les timbres amphoriques de Délos mis en ligne
Février
2014

 

Gonca Cankardeş-Şenol, Professeur Associé à l’Université Ege d’Izmir
Jean-Yves Empereur, Directeur du CEAlex, CNRS
Kaan Şenol, Professeur Associé à l’Université Ege d’Izmir

Nous avons le plaisir d’annoncer le début de la mise en ligne des timbres amphoriques de Délos. Nous commencerons par les 1369 anses timbrées rhodiennes ainsi que par des ensembles de fouilles et des petits groupes (id est en dehors des cnidiens et des rhodiens). La documentation (lecture, photographie, parfois frottis) a été réalisée par les trois soussignés au cours d’un séjour à Délos au mois de septembre 2013. La base de données a été remplie durant l’hiver par Mina Sakrak, étudiante en Master à l’Université Ege d’Izmir, l’identification des matrices a été assurée par Gonca Cankardeş-Şenol, la mise en ligne étant effectuée par Danielle Guiraudios, Informaticienne du CEAlex.

État des lieux. La collection que Virginia Grace avait placée dans des tiroirs de TD 1 à 6789 et que Jean-Yves Empereur avait continué à augmenter en suivant le même système jusqu’au TD 8186 (1) était placée dans des meubles en bois à tiroirs fabriqués ad hoc, suivant un standard mis au point par l’équipe américaine (comme à l’Agora d’Athènes et au Musée gréco-romain d’Alexandrie). Placés dans la partie méridionale de la réserve sud de la cour sud, ces meubles ont été transportés et réarrangés d’une manière admirable par Panagiotis Hatzidakis, Éphore des Cyclades, dans la partie nord de la même réserve. Les anses d’amphores peuvent être aisément localisées et les conditions de travail sont excellentes, avec des espaces de travails aérés donnant sur la cour sud du musée. Nous remercions les Autorités grecques pour leur accueil, en particulier les collaborateurs du KAS à Délos, ainsi que l’École Française d’Athènes en la personne de son Directeur, Alexandre Farnoux, pour les facilités dont nous avons profité tout au long de notre séjour dans l’île.

Le groupe rhodien de Délos, qui occupe 34 tiroirs à ce jour, est ici présenté dans une fiche allégée qui comprend pour chaque anse le n° de TD, éventuellement le n° d’inventaire du musée et/ou de la fouille, le tiroir de rangement, le nom du fabricant ou de l’éponyme, le mois, l’attribut, une transcription de l’inscription, la datation et les éventuelles références de publication, une photographie, éventuellement un frottis, et le numéro de matrice : celui-ci, lié au n° de TD, constitue la véritable identité du timbre selon le système adopté sur le site www.amphoralex.org (2). Un bouton permet de passer de la présente base délienne à la base générale d’Amphoralex où on trouvera la fiche développée de la matrice correspondant au timbre délien traité. Il faut noter que quelques fiches déliennes ne portent pas ce numéro de matrice, quand celle-ci n’a pas été reconnue, lorsqu’il s’agit d’un timbre illisible ou peu lisible. Nous pouvons aussi nous trouver en face d’une nouvelle matrice, tel le TD 6260 où l’on découvre, parfaitement lisible, le nom d’un fabricant inconnu jusqu’à présent, Dazimos (3) (fig. 2). Dans ce cas, nous ajoutons une nouvelle fiche dans la base Amphoralex. À noter aussi le bel ensemble des anses rhodiennes de date basse, fin IIe – début du Ier siècle avant J.-C., un trait particulier à Délos qui correspond à l’histoire du site, avec les quartiers de maisons détruites en 88 et abandonnées en 69 avant J.-C.

azimos

Fig. 2 : Dazimos, nouveau fabricant rhodien, Cliché Kaan Şenol, archives CEAlex

Les autres groupes sont répartis suivant deux hiérarchies différentes :

Par lieu de production. V. Grace avait séparé les anses suivant leur typologie : les rhodiennes, les cnidiennes, les latines (pour cette dernière catégorie, le travail revenait à E. Lyding-Will (4), les « miscellaneous » (surtout Parmeniskos, Nikandros, Pamphylie (5), Sinope, etc. avec quelques romaines mélangées), les chiotes, les coennes, les thasiennes. La quasi-totalité des petits groupes sont présentés dans cette base, avec un numéro de matrice qui correspond au système mis au point en 1986 (6)  et qui est développé pour la première fois ici pour chacun de ces groupes, en vue d’un corpus systématique des matrices dans la base Amphoralex.

Par contexte de fouilles. Les anses d’amphores de quelques fouilles ont été conservées dans des tiroirs à part : les anses de la fouille du Portique de Philippe, celles des fouilles de la Maison de l’Hermès (1953) (7). À noter que les anses d’amphores découvertes dans les fouilles après 1990 n’ont pas été versées dans les tiroirs des anses d’amphores, mais sont restées avec le reste du mobilier de la fouille. Les anses amphoriques provenant de ces fouilles récentes ne portent pas non plus de n° de TD, ce qui fait que la série en numérotation continue est interrompue.

Notre mission à Délos avait aussi un autre but : réexaminer, 50 ans après, le mobilier céramique de l’îlot de la Maison des Comédiens. Les anses d’amphores timbrées étaient incluses dans notre étude et on trouvera ici ces 284 timbres amphoriques qui avaient été publiés par V. Grace en 1970 (8). On y verra une série de timbres cnidiens qui portent à la fois le numéro de matrice en KT, ce Knidian Type que leur avait donné V. Grace, concurremment avec le nouveau numéro de matrice qui suit notre principe général de classement ouvert des matrices.

La suite. Une nouvelle mission est prévue à Délos à l’automne 2014 : le but en est de traiter l’ensemble des timbres cnidiens trouvés dans l’île. On peut donc espérer trouver en ligne d’ici une année l’ensemble des anses d’amphores timbrées mises au jour à Délos avant 1990, dans une base qui sera accessible à la fois sur le site internet de l’École Française d’Athènes et  sur Amphoralex.

 

Abréviations bibliographiques des publications des timbres amphoriques de Délos

Brixhe 2013
C. Brixhe, avec la collaboration de Gonca Cankardeş-Şenol, Timbres amphoriques de Pamphylie, Études Alexandrines 23, AmphorAlex 2, Alexandrie 2012.

Bruneau et al. 1970
Ph. Bruneau et al., L’îlot de la Maison des Comédiens, Exploration archéologique de Délos, 27, 1970.

Empereur 1982

J.-Y. Empereur, « Les anses d’amphores timbrées et les amphores : aspects quantitatifs », BCH 106, 1982, p. 219-233.

Empereur, Guimier-Sorbets 1986
J.-Y. Empereur, A.-M. Guimier-Sorbets, « Une banque de données sur les vases conteneurs – Amphores et lagynoi - dans le monde grec et romain », Recherches sur les amphores grecques (J.-Y. Empereur, Y. Garlan éd.), BCH, Supplément 13, 1986, p. 127-141.

Grace 1952
V. Grace, « Timbres amphoriques trouvés à Délos », BCH 76, 1952, p. 514-540.

Grace 1970
V. Grace, « Les timbres amphoriques grecs », in Bruneau et al 1970, p. 277-382.

Grace 1973
V. Grace, « Imports from Pamphylia » Études Déliennes, BCH, Supplément 1, 1973, p.183-208.

Lyding-Will 1970
E. Lyding-Will, « Les timbres amphoriques latins », in Bruneau et alii 1970, p. 383-386.

Marcadé 1954
J. Marcadé, « Chronique des fouilles en 1953 : Délos », BCH 78, 1954, p. 218-220.


Notes

(1)  La collection a régulièrement augmenté pendant les fouilles, passant de 5952 dans Grace 1952, p. 517 à 7771 dans Empereur 1982, p. 223, fin de la note 19, jusqu’au chiffre de 8186 en 1990. retour

(2) Dans cette base, on compte à ce jour 5235 matrices en ligne d’éponymes rhodiens et 2206 de fabricants rhodiens. On peut estimer qu’à terme le nombre de matrices de fabricants sera à peu près le même que celui des éponymes, ce qui donnera un ensemble d’environ 10.000 matrices différentes pour le groupe rhodien. Cette base est due à Gonca Cankardeş-Şenol qui prépare la publication du premier volume sur les éponymes rhodiens (à paraître en 2014 dans la série des Études Alexandrines). retour

(3) Sur ce nom inattendu à Rhodes, nous citerons les remarques de Claude Brixhe (que nous remercions ici) : « Dazimos est bien connu : il est attesté dans des documents grecs surtout en Italie du sud, accessoirement en face, de l'autre côté de la mer Adriatique, en Illyrie et en Acarnanie, du viie/vie au iie siècle avant notre ère, voir Fraser, Matthews, LGPN III.A. On le trouve aussi en messapien (langue non grecque et non latine localisée dans le talon de la botte italique), cf. Carlo De Simone, Simona Marchesini, Monumenta linguae Messapicae, Wiesbaden 2002, II, 91, s.v. Dazimos. Origine ? Apparemment italique. » retour

(4) Lyding-Will 1970. retour

(5) cf. Grace 1973 et le volume récent Brixhe 2013. retour

(6) Empereur, Guimier-Sorbets 1986, particulièrement p. 129. Voir une application au groupe de Nikandros, G. Cankardeş-Şenol « Nikandros Group: Matrix Studies on the Amphora Stamps of the Group », OLBA XVIII, 2010, p. 125-139. retour

(7) Marcadé 1954. retour

(8) Grace 1970. retour

delos2 Fig.1 - La réserve avec les tiroirs d'anses d'amphores timbrées de Délos. Cliché Kaan Şenol. Archives CEAlex